Sprout Patterns : revue détaillée

14 July 2016

Sprout11

Début mai, j’ai été invitée par mes voisins de Sprout Patterns à venir visiter la fabrique et les bureaux de Spoonflower, qui se trouvent être juste à côté de chez moi en Caroline du Nord. Spoonflower, si vous ne connaissez pas, c’est le pionnier de l’impression de tissu sur demande. Leur site permet de faire imprimer différents types de tissus ses propres motifs, ou un motif au choix de leur gigantesque catalogue. Le prix est conséquent, mais les possibilités en termes de créativité sont assez incroyables. Sprout Patterns est un de leurs nouveaux services, lancé l’an dernier. L’idée : combiner les possibilités d’impression customisées de Spoonflower avec une sélection de patrons de créateurs indépendants pour créer des projets en kit. On reçoit son tissu avec les lignes du patron déjà imprimées dessus, et il n’y a plus qu’à découper en suivant les lignes. J’étais assez partagée sur le concept au départ. D’un côté, je suis en général assez sceptique devant les patrons prédécoupés, comme par exemple les kits d’Eglantine et Zoé ou les patrons thermocollants de Made in Me Couture, car ils ne permettent pas d’ajuster le vêtement. D’un autre côté, l’intersection de la couture et de la technologie (modélisation de vêtements en 3D, génération automatique de motif, de patron ou de plan de coupe…) ça me passionne. J’étais donc très curieuse de tester le service par moi-même, et quand Nicole et Caroline m’ont proposé de m’envoyer gratuitement un projet de mon choix, j’ai sauté sur l’occasion !

Sprout16

Avant toute chose, un petit retour en arrière s’impose. Quand j’avais 8 ans, mon frère, ma sœur et moi avons eu un ordinateur rien qu’à nous, et avec lui mon tout premier logiciel : Barbie Styliste. Dans Barbie Styliste, on pouvait choisir différents patrons de vêtements, y placer des motifs, et choisir les couleurs. Une fois la tenue créée, on pouvait voir Barbie défiler en 3D, et imprimer la tenue sur un papier tissé spécial. Il suffisait ensuite de découper les pièces (imprimées avec le motif à l’intérieur et un fond blanc autour) et les assembler avec de la colle et des scratchs pour faire des vêtements que Barbie pouvait vraiment porter !

Barbie Styliste French Version - Cover

Bon et bien dites vous que Sprout Patterns, c’est exactement ça, sauf que la Barbie c’est nous et que le projet est imprimé sur du vrai tissu 😉 .

 

CHOIX DU PROJET

Avec Sprout Patterns, tout commence par la création d’un projet, composé de trois éléments : le patron, le tissu et le motif.

Dans l’éventail de patrons proposés, on retrouve à la fois des petits créateurs qui se lancent et des grands noms des patrons indépendants (Colette, Grainline, Named…). Le point commun de tout ces patrons est qu’ils ont un fit assez relax : ce sont soit des modèles en maille, soit des vêtements loose que l’on n’a pas besoin d’ajuster. On oublie donc les robes fit-and-flare ! J’ai choisi de partir sur la robe Zeena de By Hand London, qui s’approchait le plus de ma silhouette habituelle. C’est un patron qui ne m’avait pas tapé dans l’œil lors de sa sortie : je trouve la version de présentation rose vraiment ratée, car elle semble bien trop grande pour le mannequin qui la porte. Les jolies versions de Fiona de Diary of a Chain Stitcher en voile et en double gauze avaient cependant attisé ma curiosité et ont fini par me convaincre de retenter une fois de plus l’aventure BHL.

Sprout1

Une fois le patron sélectionné, il faut choisir le type de tissu. A cette étape, plutôt que de lister toutes les qualités proposées par Spoonflower, le site présente une présélection de tissus compatibles avec le modèle. Pour Zeena, j’avais le choix entre différents cotons (batiste, satin…) et de la faille ou du crêpe de polyester. J’ai choisi ce dernier (poly crepe de chine) dont j’avais déjà un échantillon en ma possession : c’est un superbe tissu, très doux et léger.

Sprout14

Pour le choix du motif, ça se complique : le catalogue Spoonflower est énorme, et on s’y sent parfois un peu perdu. Pour s’y retrouver, Sprout Patterns propose un système de palette qui permet de rechercher des motifs selon plusieurs critères (designer, thème, couleurs…) et d’enregistrer ses préférés. J’avais envie au départ d’une robe avec un motif façon toile de Jouy, et de profiter de la possibilité d’utiliser différents motifs pour différentes parties de la robe : une toile de Jouy Dr Who en haut, et une toile de Jouy Star Trek sur la jupe. Nicole m’avait cependant prévenue que les imprimés sur fond blanc pouvaient être transparents sur certaines qualités de tissu. En étudiant mes échantillons je me suis rendue compte que c’était bien le cas sur le poly crepe de chine. Les parementures de Zeena se seraient vues au travers. En temps normal j’aurais doublé la robe, mais avec un patron pré-imprimé je n’avais aucune envie de devoir acheter du tissu supplémentaire. J’ai donc opté pour mon plan B : un motifs de flamants roses (puisque cette année encore je suis obsédée on dirait) d’Andrea Lauren, qui est une des designers les plus populaires de Spoonflower (et elle le mérite bien !).

On peut ensuite modifier le placement du motif directement sur le plan de coupe, ce qui met à jour un aperçu du projet fini sous la forme d’un modèle 3D. Pour ceux qui comme moi sont curieux au sujet de la technologie qu’il y a derrière : c’est Nicole qui crée à la main les modèles 3D pour chaque variation des patrons. J’avais entendu parler d’une équipe de recherche qui avait proposé il y a quelques années un système pour générer automatiquement des modèles 3D à partir de patrons Burdastyle (la vidéo vaut le détour si vous ne craignez pas le ton monotone des présentations de recherche !), mais ce sont des travaux encore très préliminaires !

layout

Bref, le système de Sprout Patterns permet d’avoir un aperçu du rendu du motif sur le patron, et ça c’est très chouette. Il y a cependant quelques limitations. La première, c’est qu’il n’est pas possible de raccorder les motifs, ni automatiquement ni manuellement, car on ne peut pas changer le placement du motif pièce par pièce. La seconde, c’est que l’aperçu 3D n’est qu’indicatif et ne reflète pas le placement exact. Pour éviter à coup sur les motifs mal placés (sur la pointe du buste par exemple) il faut donc se fier au plan de coupe, qui lui correspond exactement au tissu imprimé. On le voit sur le comparatif ci-dessous : le rendu global est similaire, mais le placement du motif est différent entre l’aperçu et le projet final.

Sprout-comparison

 

TISSU

Quelques jours après avoir créé mon projet, je l’ai reçu par la poste sous la forme d’un grand métrage de tissu, avec le contour des pièces imprimé en noir et entouré de blanc.

Sprout2

J’ai eu des échos très variés des tissus Spoonflower, parfois très critiques sur la tenue des couleurs. Pour en avoir discuté avec plusieurs employés, ce que j’en retiens est que certaines qualités de coton peuvent perdre leurs couleurs au lavage, mais que les couleurs ne bougent pas du tout sur les tissus synthétiques. C’était vrai pour ma commande précédente, un Performance Piqué (polyester) qui était ressorti de la machine aussi vif qu’il y était entré. Apparemment les couleurs sur le coton tiennent beaucoup mieux maintenant qu’il y a un temps, mais je ne peux pas en attester personnellement. Pour tester le Poly crepe de chine, j’ai coupé deux échantillons identiques et j’en ai lavé un (à droite sur la photo), avec lavage à froid puis passage au sèche linge :

Sprout3

Les couleurs sont restées absolument identiques (la trace plus sombre sur la photo est juste une trace d’eau, oups !). Comme indiqué sur le site, le tissu n’a pas rétréci non plus. A noter que dans le cas de tissus qui rétrécissent au lavage, le coefficient de rétrécissement est pris en compte dans le plan de coupe.

Un point que j’apprécie beaucoup avec les tissus Spoonflower, c’est que je sais d’où ils proviennent : tout est imprimé ici, en Caroline du Nord, et à l’exception de quelques qualités comme la soie, les tissus de base sont produits dans des fabriques situées aux Etats-Unis (Spoonflower travaille beaucoup avec Robert Kaufman par exemple). Ce crêpe de chine en particulier est superbe : il est très léger mais complètement opaque, et les couleurs sont très riches. Le seul point que je lui reprocherais est qu’il crée beaucoup d’électricité statique : pour une robe d’été ce n’est pas gênant, mais il est à éviter pour des vêtements portés avec un pull ou un collant.

 

COUPE ET COUTURE

Passons maintenant au cœur du projet : la découpe du tissu et sa couture ! En utilisant un cutter rotatif, cela m’a pris environ une demie-heure pour couper toutes les pièces. Je dirais qu’en tout, on gagne entre une et deux heures sur l’assemblage, le découpage et le report du patron PDF. Les pièces du patron n’ont pas de marquage sur l’envers indiquant leurs numéros, mais Sprout Patterns conseille de découper le nom de la pièce, imprimé sur le côté, et de l’y épingler.

Sprout4

Un point qui m’inquiétait au départ c’était le report des marques : plis, pinces, etc. Sur ce patron, les plis étaient indiqués par des crans sur les bords des pièces. Cependant ces crans sont très petits, et il est facile de les rater, voire de les découper par erreur en dérapant légèrement avec le cutter rotatif. Il m’a d’ailleurs manqué quelques crans pour faire les plis de la jupe, au milieu du devant et sur les côtés des dos, et j’ai du me fier au patron pour les replacer (le plan de coupe a été corrigé entre-temps pour inclure ces marques).

Sprout5

La découpe de ces pièces était une expérience très étrange. D’un côté, c’était très agréable de ne pas avoir à s’inquiéter de placer les pièces dans le droit fil ou dans le sens du motif, de faire correspondre les rayures ou les carreaux ou encore d’optimiser le plan de coupe pour avoir assez de tissu pour tout couper. La coupe des pièces est toujours ce qui me fait le plus stresser en couture, et c’était vraiment chouette de pouvoir faire toute cette partie en pilote automatique. D’un autre côté, j’étais terrifiée à l’idée de donner un coup de roulette de travers et de me retrouver avec un trou au milieu d’une pièce : dans ce cas, impossible de la recouper, ni d’utiliser le reste du tissu pour autre chose, et le projet entier serait à jeter.

Mais pour la coupe comme pour la couture, tout s’est bien passé cette fois-ci. Le crêpe n’était pas évident à coudre, et j’ai dû beaucoup jouer avec la tension des fils de machine et de surjeteuse pour obtenir un résultat correct sans que le tissu se fasse avaler, mais une fois les bons réglages trouvés il s’est très bien comporté. J’ai même pu faire des coutures anglaises aux épaules sans soucis.

Sprout18

J’ai tout de même quelques réserves sur les instructions et les méthodes de construction de By Hand London, comme c’était déjà le cas pour la robe Elisalex et la robe Flora (qu’il me reste encore à poster ici). Les surplus de certaines coutures (côtés du corsage, taille) ne sont pas finis, ou tout du moins ce n’est pas indiqué. Les instructions de la fermeture éclair ne sont vraiment pas claires pour ce qui est de la parementure : elles semblent indiquer de la repasser vers l’intérieur et de coudre la fermeture éclair par dessus, alors qu’en réalité elle doit être laissée libre pour être fixée à la main à la fin. La parementure n’est d’ailleurs pas entoilée, et le sous-piquage de l’encolure est laissé en option : sans entoilage ni sous-piqûre il est garanti que la parementure ressorte, surtout sur un tissu aussi fin et fluide que ce crêpe. Rien de tout ça ne m’a posé un vrai souci lors de la couture, mais pour un débutant ces instructions seraient problématiques.

Sprout12

 

ROBE TERMINEE

Sprout8

Ceci-dit, la robe finie est très jolie. Le patron est vraiment bien choisi pour Sprout Patterns : les plis qui remplacent les pinces et les manches kimono accommodent différentes morphologies sans avoir besoin d’ajustements.

Sprout17

Je suis particulièrement fan du tissu : son imprimé joyeux et sa légèreté rendent cette robe parfaite pour les journées d’été.

Sprout10

Elle a par contre un problème majeur : elle est beaucoup trop courte à mon goût. Comme je mesure 1m75, j’ai l’habitude de rallonger les corsages et jupes de mes projets de couture – pas de beaucoup, mais tout de même de quelques centimètres pour me sentir à l’aise. Ici, pas de modifications possibles. La taille arrive un peu haut par rapport à ma taille naturelle, mais c’est négligeable. Par contre, j’ai eu beau faire un mini-ourlet, la jupe reste vraiment courte, et j’aurais apprécié pouvoir la rallonger.

Sprout13

 

VALEUR AJOUTEE

Maintenant, la question qui est sur toutes les lèvres : pourquoi payer encore plus pour un patron pré-tracé alors qu’on peut simplement imprimer un patron pdf ou décalquer un patron papier et couper son tissu soi-même, quitte à acheter ce tissu sur Spoonflower si on veut un motif en particulier ? J’ai fait le calcul pour Zeena :

• Pour un tissu en 130 cm de large comme le poly crepe de chine, il faut d’après le patron 2,2m, ou 2,4 yards.
• Spoonflower ne vend que des métrages ronds, on passe donc à 3 yards en arrondissant au dessus, ce qui nous fait $69.
• Le patron de la robe Zeena en PDF (compris avec l’achat du projet Sprout Patterns) coûte £9, soit $12.
• On obtient donc un total de $81 en achetant les fournitures séparément, au lieu de $70 en passant par Sprout Patterns !

C’est un cas assez particulier car le tissu supplémentaire coûte cher (si ça ne tenait qu’à moi je tenterais bien de faire rentrer Zeena dans 2 yards seulement…), mais on est tout de même loin de la différence à laquelle je m’attendais.

Mettons donc de côté l’aspect financier, qui ne fait pas une si grosse différence à partir du moment où on achète du tissu Spoonflower, qui est assez cher de base. Quel est l’avantage du patron pré-imprimé ? En dehors du côté amusant de préparer son projet sur le site, cela tient à une chose : pouvoir sauter l’étape de scotchage du pdf et de report des pièces sur le patron, et gagner du temps. Cela se fait toutefois au prix de possibilités d’ajustement du patron (longueur, FBA, etc.). Et sur ce point, c’est à chacun de voir s’il attache plus d’importance à la rapidité et la facilité d’exécution ou au seyant d’un projet…

Sprout6

 

BILAN

Je me suis beaucoup amusée tout au long de ce projet. Le site internet permettant de jouer avec les patrons et les motifs et de voir le résultat en 3D est vraiment ludique, de même que la découpe des pièces pré-imprimées. J’adore la robe que j’ai obtenue, avec son tissu rigolo et coloré, son côté relax tout en restant flatteuse, même si la longueur est un peu courte pour moi.

Ceci-dit, j’ai tout de même l’impression de ne pas être dans le cœur de cible de Sprout Patterns. Je couds maintenant depuis une dizaine d’années, et avec l’expérience je passe de plus en plus de temps à travailler le seyant de mes projets, et à les ajuster à mes formes précises. Même si j’ai la chance d’avoir en général besoin de peu d’ajustements en dehors de la longueur, j’imagine facilement que des couturières expérimentées soient rebutées par les limitations inhérentes à Sprout Patterns en termes d’ajustements.

Dans le futur, il est probable que leur technologie évolue et permette davantage de personnalisation et d’automatisation : pouvoir spécifier les ajustements à réaliser (FBA, allongement du buste, etc.), changer l’échelle des motifs, aligner les motifs au niveau des coutures… L’équipe n’est composée que de cinq personnes donc ce sont des choses qui vont prendre du temps, mais j’ai vraiment hâte de voir ce que tout ça va donner ! Ceci-dit, à partir d’un certain niveau de couture, le service sera toujours limité par rapport aux possibilités infinies offertes par un processus de couture “manuel” associé à un service comme Spoonflower.

Je vois par contre tout à fait l’intérêt pour un public différent. Quand j’ai commencé à coudre, j’avais horreur de recopier des patrons et de devoir prendre des décisions sur le plan de coupe. Je cousais tous mes patrons tels-quels, à partir de mes mesures de buste/taille/hanche et sans aucun ajustement. A l’époque, j’aurais adoré avoir accès à quelque chose comme Sprout Patterns, qui me permette de sauter les étapes pénibles tout en m’assurant que je ne fasse pas de bêtises pendant la coupe.

Sprout15

Est-ce que j’achèterais un nouveau projet ? Je ne pense pas. Peut-être si j’avais un plus gros budget couture (pour l’instant Spoonflower est un peu en dehors de mes moyens) car j’apprécie le gain de temps, mais les patrons proposés ne sont pas forcément dans mes goûts (je n’aime que ce qui est bien cintré à la taille) et ce problème de longueur est bloquant pour moi.

Est-ce que je recommanderais Sprout Patterns ? Oui, mais pas à mes amies qui ont déjà quelques années de couture derrière elles. Pour elles, j’aurais plutôt tendance à conseiller d’acheter du tissu Spoonflower directement, et de faire une toile dans un tissu moins cher avant de couper dedans. Par contre, je recommanderais volontiers le service pour 1) quelqu’un qui a un gros budget couture mais pas beaucoup de temps, ou bien 2) quelqu’un qui se lance dans la couture, qui a quelques projets simples derrière lui et surtout qui aime les imprimés 🙂 .

Sprout7

Robe Sprout Patterns
Zeena – By Hand London
Poly crepe de chine Spoonflower, imprimé Flamingos par Andrea Lauren
Envoyé gratuitement par Sprout Patterns en échange d’une review
Taille UK10/US6

Commentaires

  1. Orianne

    - 15 July 2016

    Elle est superbe cette robe Camille ! J’adore les motifs flamants rose et les contrastes, ça donne un côté fun à la robe !
    Je trouve le concept vraiment sympa : c’est vrai que moi aussi, j’ai horreur de reporter le patron sur le tissu et de le découper (je parle même pas d’imprimer et assembler 58 pages de PDF avant de reporter sur le tissus : pour moi c’est juste l’angoisse). Du coup c’est tentant mais il y a des hics quand même entre le budget que ça génère et l’absence d’ajustement possible, surtout quand on a une morphologie qui demande pas mal de réflexion sur le patron et d’ajustements…! Du coup Est-ce que tu sais s’il est possible de se faire livrer un projet en France (au cas où!!) ?

    • Camille

      - 18 October 2016

      Désolée je réponds un peu tard, mais oui c’est tout à fait possible de se faire livrer un projet en France. Spoonflower font de temps en temps des offres sur les frais de livraison, il faudrait peut-être guetter si c’est le cas également avec Sprout Patterns 🙂

  2. Barbara Gourde

    - 19 July 2016

    Sympa ce concept . Merci pour la découverte !
    Et vive Barbie Styliste ! 😉

    • Camille

      - 18 October 2016

      Héhé de rien !

  3. Marie

    - 19 July 2016

    Ah Barbie Styliste… souvenirs, souvenirs !
    Très gaie, punchy cette robe.

    • Camille

      - 18 October 2016

      Merci 😀

  4. Madebycelinette

    - 20 July 2016

    Merci pour ce retour détaillé et honnête. Comme toi l’absence d’ajustement possible fait que je n’irai pas vers ce type d’offre.Mais ta réalisation est toute jolie et te va très bien 🙂

    • Camille

      - 18 October 2016

      Merci beaucoup !

  5. C&M

    - 20 July 2016

    génialissime ce système! et tu fais une barbie brune parfaite

    • Camille

      - 18 October 2016

      Haha merci ça me fait tellement plaisir ! 😀

  6. Bulles et Perles

    - 21 July 2016

    Effectivement c’est un concept sympa mais relativement cher.
    Cela dit, cette robe est splendide !

    • Camille

      - 18 October 2016

      Merci !

  7. moineau16

    - 18 August 2016

    Merci pour ce test et ce retour d’expérience. Je suis fan de Spoonflower depuis des années, mais j’avoue que je me contente de petits métrages pour des projets déco et encore, en attendant souvent les “free shipping days” ou autres réductions commes les frais de port pour la France rendent les beaux imprimés encore plus chers. J’ai repéré Sprout et ni les patrons proposés ni la facture fnale ne m’emballent.

    • Camille

      - 18 October 2016

      Oui je te comprends ! Sur de gros projets, en passant ou non par Sprout Patterns, c’est un sacré budget…

  8. Pingback: Zeena in Barcelona | L'attaque du découd-vite

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *