La saison du tricot

9 January 2018

La neige a recouvert Boston, les fêtes de fin d’année sont passées, et il reste encore de longs mois avant l’arrivée du printemps. C’est la saison où chaque année je me mets à hiberner. Au programme : bouillotte, chocolat chaud, tricot et séries. Et quitte à me remettre sérieusement au tricot, j’en ai profité pour reprendre mes en-cours, et j’ai enfin fini ce pull Chuck qui traînait depuis un moment déjà.

Le pull Chuck est un modèle d’Andi Satterlund, dont j’avais déjà tricoté le gilet Miette. De tous ses patrons, c’est sans conteste celui qui m’avait le plus tapé dans l’œil, avec notamment les superbes versions de Lladybird, Tassadit, Slania, sans oublier ces deux versions de Dolly Clackett. J’ai commencé à tricoter ce pull en Septembre 2015, juste après avoir fini Miette… Il m’aura donc fallu plus de deux ans pour le finir !

Ce n’est pourtant pas un modèle bien compliqué, ni long à faire puisqu’il se tricote en aiguilles 5, avec une longueur cropped et des manches 3/4. Pas de coutures non plus : il est tricoté d’une seule pièce, en top-down. La construction des épaules est différente de celle de Miette, mais elle est tout aussi facile à suivre. Celle-ci utilise des rangs raccourcis pour mettre en forme les manches au niveau des épaules. La jonction entre corps et épaules est très visible, ce qui m’embêtait un peu au départ. J’ai pensé que j’utilisais peut-être une mauvaise technique pour relever les mailles, ou bien pour faire les rangs raccourcis, mais en comparant avec d’autres versions je me dis que c’est juste le modèle qui fait ça, et au final ça ne me dérange pas trop.

Le cœur du modèle est ce panneau de torsades sur le devant, qui nécessite de suivre en parallèle la grille du milieu (qui ne se répète pas) et celles des deux torsades qui l’encadrent, qui se répètent sur six rangs. En soi rien de bien difficile, on n’est tout de même pas au niveau de Phildar et de ses fameux “Dans le même temps, de l’autre côté, tous les X rangs…” qui prennent bien la tête.

J’ai suivi le modèle à la lettre pour la taille M, à part deux petites modifications. D’une, j’ai légèrement rallongé le pull. Les modèles d’Andi Satterlund sont très courts, car ils sont faits pour être portés avec des jupes et robes taille haute, mais j’ai le buste assez long et sur moi ils sont vraiment très courts. Je porte assez peu mon gilet Miette, par exemple, car avec la plupart de mes jupes taille-haute je me retrouve avec un espace entre la ceinture de la jupe et le bas du gilet. J’ai donc rallongé la bande de côtes du bas de 5 rangs, sans toucher au panneau de torsades car je voulais que le motif reste symétrique, et ça a suffi. De deux, plutôt que de suivre le nombre de mailles à relever pour l’encolure, j’ai repris deux mailles sur trois. Ca c’était plutôt une question de flemme de compter, mais ça a très bien fonctionné.

La laine est de la Worsted Merino Superwash de Plymouth Yarn, que j’avais achetée dans une boutique locale quand j’habitais en Caroline du Nord. C’est du 100% mérinos, qui tient bien chaud et qui est très agréable à tricoter. Cette laine a un côté un tout petit peu brillant et son rendu pour le jersey et les torsades est très net, je suis fort contente de mon choix. J’ai utilisé pile poil trois écheveaux, et quand je dis pile poil c’était à quelques mètres près. J’ai eu si peur de tomber en rade de laine au milieu de la bande d’encolure que j’ai passé toute la deuxième manche à peser ma pelote tous les deux rangs !

Je suis bien contente d’avoir fini ce pull cette année, car à la lumière sa couleur ressemble beaucoup à Ultraviolet, la couleur de l’année de Pantone ! Quand j’étais au lycée le violet était ma couleur préférée, j’en portais tout le temps au point que même mon sac à dos Eastpak était violet, mais je pense que j’ai un peu saturé et le violet a disparu peu à peu de ma garde-robe. Je suis bien contente que ce soit une couleur qui revienne car elle me va bien au teint 🙂

Le seul point qui me chiffonne avec ce pull, c’est le fit un peu étrange au niveau des emmanchures. Je ne sais pas si c’est la carrure qui est un peu large ou les emmanchures qui sont un peu basses, mais j’ai comme l’impression d’un excès de matière sous les bras qui fait des plis sur les côtés du buste. On le voit bien sur la photo suivante. C’est quelque chose que j’ai remarqué sur la plupart des versions que j’ai vu sur le net, donc je ne crois pas que ce soit un problème de mon côté…

Ceci dit cela s’oublie vite, surtout que le reste du pull me va comme un gant. Rien à redire au niveau du dos, ni des manches qui sont très confortables.

Je suis très très contente d’avoir enfin fini ce pull, et je m’en veux un peu de l’avoir laissé en plan pendant aussi longtemps. Je crois que ce qui m’a pris du temps c’est que je déteste relever des mailles, et que du coup j’ai laissé trainer ce projet après avoir fini le corps, une fois qu’il fallait que j’attaque les manches. C’est là aussi que je m’étais arrêtée sur mon autre en-cours, le gilet Myrna, que je viens de reprendre et dont j’ai enfin fini les manches, ça y est. Il ne me reste plus que la bande d’encolure à faire, mais je suis tombée en rade de laine et le coloris est épuisé depuis longtemps, et après tout ce temps je ne me sentais pas de défaire le corps pour le raccourcir. Heureusement j’ai trouvé quelqu’un pour me vendre une pelote d’occasion sur Ravelry ! Tout est bien qui finit bien et avec un peu de motivation j’aurais bientôt un nouveau gilet à vous montrer ici 🙂


Chuck Ultraviolet
Chuck – Andi Satterlund
Taille M
Plymouth Yarn Worsted Merino Superwash – Purple (3 écheveaux)
Lien Ravelry

Commentaires

  1. Raphaelle

    - 9 January 2018

    Superbe ton pull, je retiens ta marque de laine qui rend effectivement tres bien.

    Pour ce qui est des emmenchires, deja, rassurrs toi ca ne saute pas non plus aux yeux.

    J’ai tricoté plusirurs modeles d’Andi (miette, chuck, hetty, marion…) et j’ai moi aussi ce probleme sur tousr les modeles à part le miette. Les emmenchures sont BEAUCOUP trop basses pour moi. En lisant attentivement son ebook sur la conception de patron, j’avais trouve un élément de reponse. Elle prend en compte une position de l’apex de la poitrinr environ 2,5 cm sous la base de l’emmenchure. Je tricote ses modeles en xl et si la forme du corp tombe toujours parfaitement, je suis obligee de remonter l’emmenchures d’au moins 3 ou 4 cm a chaque fois!

    Bref, une fois que tu le sais c’est assez facile a prendre en compte.

    • Camille

      - 3 February 2018

      Ah c’est intéressant ! Pour l’instant je n’ai pas encore le niveau en compréhension des patrons de tricot pour me lancer dans des modifications de fit mais il faudrait que je m’y mette…

  2. tassadit

    - 10 January 2018

    Cette couleeeeeuuuuur!
    Pour la jonction corps-épaules, je me souviens que ça m’avait chipotée quand je l’avais tricoté, mais je pense que c’est vraiment le genre de choses qu’on remarque chez soi, quand on a le nez dessus, mais jamais chez les autres! Sur le produit fini franchement ce n’est plus du tout dérangeant…
    Pour les emmanchures, réflexion faite c’est vrai qu’elles ont souvent tendance à causer des plis aux côtés du buste dans les modèles d’Andi Satterlund (en tout cas sur moi, mais j’avoue que de nouveau ça ne m’a jamais frappée chez les autres), mais pour le coup à part sur mes photos, je ne le remarque jamais. Mais vraiment jamais. Quand le pull est en mouvement, c’est beaucoup moins gênant que sur une photo figée en fait. Mais je note quand même la proposition de solution de Raphaelle ci-dessus, à tester!

    • Camille

      - 3 February 2018

      Oui je n’avais jamais remarqué sur tes photos donc j’imagine que c’est le genre de choses qu’on ne voit que sur soi… Au final j’ai pas mal porté ce pull et ça ne m’a jamais dérangé donc ce n’est pas un gros problème.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *